Il est probable que vous ayez lu la réflexion sur Internet: "On s'y habitue", c'est très intéressant et si vous ne l'avez pas fait, nous vous l'enverrons:
On s'y habitue ...
vivre dans notre maison et n'avoir d'autre vue que les fenêtres environnantes.
Et comme on a l'habitude de ne pas avoir de vue, on s'habitue à ne pas regarder à l'extérieur.
Et comme on ne regarde pas dehors, on s'habitue à ne pas ouvrir complètement les rideaux.
Et comme nous n'ouvrons pas complètement les rideaux, nous nous habituons à allumer la lumière plus tôt.
Et en s'y habituant, on oublie le soleil, on oublie l'air, on oublie l'espace.
On s'y habitue ...
Se réveiller surpris parce que nous étions en retard.
Faire couler le café parce que nous sommes en retard.
Manger un sandwich car il n'y a pas le temps de manger à l'aise.
Quitter le travail car c'est déjà l'après-midi.
Dîner rapide et dormir l'estomac lourd, sans avoir vécu la journée.
On s'y habitue ...
Attendre toute la journée et entendre au téléphone: -Je ne peux pas y aller aujourd'hui.
Sourire pour les gens sans recevoir de sourire en retour.
A ignorer quand on avait tant besoin d'être vu.
Si le travail est dur, on se console en pensant au week-end. Et pire encore, nous alourdissons notre travail, et les autres, vivant dans des critiques destructrices et semant la discorde en parlant de négativité et toujours sans aucun argument.
Et si le week-end n'est pas grand chose à faire, on se couche tôt et on s'habitue à être satisfait car on dort toujours tard.
On s'habitue à sauver une vie qui, petit à petit, est encore dépensée et qui une fois dépensée, parce qu'on y est habituée, on rate la vie.
Quelqu'un a dit: La mort est si sûre de sa victoire qu'elle nous donne un avantage à vie.
Ne nous y habituons pas et vivons la vie au maximum !!!
Appliquer ceci à la vie quotidienne:
À combien de choses nous habituons-nous et croyons-nous qu'il ne peut en être autrement?
À combien de choses nous habituons-nous et cessons-nous d'insister sur le changement?