Je suis rentré du travail cet après-midi-là et ma femme m'attendait avec un visage « Pas plus ». En effet il m'a dit : « Mon amour, je ne supporte plus cette odeur, il faut faire quelque chose. La souris morte pue insupportablement, il faut la localiser ».

Cet après-midi-là, avec peu d'envie de le faire, j'ai commencé mon enquête approfondie et après presque une heure à suivre mon nez, ma petite intuition et ma petite expérience médico-légale, j'ai réussi à retrouver l'homme mort.

C'était au plafond près de la cuisine. L'odeur nous avait tourmenté pendant les trois derniers jours, mais maintenant il était temps de se soulager et de se reposer pour nos nez sensibles et meurtris. Ce jour-là, j'ai compris que lorsque la souris meurt, la vie ne doit pas s'arrêter. Recherchez-le, jetez-le, ne l'ignorez pas et recommencez.

Quand quelque chose meurt, il faut l'enterrer. Rien n'est éternel sauf la vie que le Seigneur offre. Tout le reste meurt. Les finances, les gens, les temps, les relations, la santé, le travail, les positions meurent. Quand quelque chose meurt dans la vie, il ne faut pas s'arrêter. Vous devez trouver la souris et l'enterrer.

J'en ai trouvé beaucoup qui préfèrent vivre le reste de leur vie avec l'odeur nauséabonde de la complainte, de la plainte et de la victimisation et quand cela arrive, la vie s'arrête de couler. Ils restent dans le coin de l'existence humaine sans traiter la perte, ignorant que lorsque quelque chose meurt, c'est parce qu'il y a quelque chose d'autre qui veut vivre.

Le Seigneur a dit à Josué dans Josué chapitre 1. "Mon serviteur Moïse est mort... maintenant tu montes dans le pays que je t'ai donné." Josué, La vie ne s'arrête pas. Vous enterrez Moïse et vous continuez.

Nous nous réjouissons d'encourager les promesses dans la Bible, mais parfois nous ignorons le prélude aux promesses. L'une de ces promesses qui nous encourage se trouve dans Jérémie 29 :11 « Car je connais les pensées que j'ai à votre sujet, dit le Seigneur, des pensées de paix et non de mal, pour vous donner la fin que vous espérez. »

Merveilleuse promesse, mais nous ne regardons pas le premier mot de ce verset : "Parce que". Ce mot est un pont entre une antichambre et la promesse. Chaque promesse a un prélude, une raison d'être une promesse. C'est une promesse qui vient quand la souris meurt. Regardons les premiers versets du même chapitre et nous comprendrons le « pourquoi » de la promesse.

Pourquoi la souris de la liberté est morte : « Ainsi parle l'Éternel des armées, le Dieu d'Israël, à toute la captivité que j'avais transportée de Jérusalem à Babylone » : Jérémie 29 :4

Les gens avaient été faits prisonniers, ils pleuraient d'être dans un pays étranger et d'avoir perdu des maisons, des biens, de la famille. C'est à eux que Dieu fait la promesse, mais ce qu'il leur dit dans ce verset 4, c'est que la souris de la liberté est morte. Rien n'arrive sans la permission de Dieu. C'est Dieu qui les fit transporter à Babylone.

La vie ne doit pas s'arrêter.Construisez des maisons et habitez-les; planter des jardins et manger leurs fruits. Mariez-vous et engendrez des fils et des filles ; donne des femmes à tes fils et donne des maris à tes filles, afin qu'elles aient des fils et des filles. Multipliez-y, et ne diminuez pas ». Jérémie 29 : 5,6

Le Seigneur leur dit : « Ne vous arrêtez pas, la souris est morte, cherchez-la et enterrez-la. Recommencer. Construisez, plantez, mangez, mariez, engendrez des enfants, multipliez-vous, ne rétrécissez pas, ne diminuez pas. Ne restez pas dans le coin du monde à pleurer le reste de votre vie, car si vous ne perdez pas la promesse.

Malgré l'Impact des Circonstances, Injecter et promouvoir l'environnement, le lieu et les personnes où ils se trouvent :
« Cherchez la paix dans la ville où je vous ai fait transporter, et priez pour elle le Seigneur, car dans sa paix vous aurez la paix. » Jérémie 29 : 7.

Je t'emmène là-bas, Même si tu n'aimes pas ça, j'ai mon but et tant que cela est accompli, Fais un impact là où tu es. Injectez la paix, la foi et l'espoir et favorisez un environnement qui infecte tout le monde, car cette paix vous touchera ainsi que ceux qui vous entourent. Vous êtes fait d'une autre fibre. Enterrez la souris et allez au-delà de ce qui vous opprime. Priez Dieu que la prière soit le meilleur outil pour recommencer.

N'écoutez pas les voix qui dépriment, oppriment ou restreignent :
« Car ainsi parle l'Éternel des armées, le Dieu d'Israël : Ne vous laissez pas tromper par vos prophètes qui sont parmi vous, ni par vos devins, et ne faites pas attention aux songes qui songent. Parce qu'ils vous prophétisent faussement en mon nom. Je ne les ai pas envoyés, le Seigneur a dit ». Jérémie 29 : 8,9.

Quand la souris meurt, il y a toujours ceux qui viennent nous blâmer pour la mort de la souris, pour nous donner les classes habituelles de ce que nous aurions dû ou non faire. Les maîtres de la vie viennent nous dire qu'à cause de la mort de la souris nous ne pourrons pas recommencer. Que notre objectif est terminé. Que ça ne vaut pas la peine de recommencer.

Job les avait au milieu de sa détresse. C'étaient des philosophes et des érudits de l'existence humaine qui ne faisaient que multiplier l'odeur de ce qui est mort, mais ils ne bougent pas pour nous aider à chercher la souris morte. Ils pourraient écrire des livres qui expliquent tout et ils seraient des best-sellers. Dieu dit que je ne les envoie pas. Ce ne sont pas mes prophètes.

Vous ne vous arrêtez même pas pour les écouter. La vie ne s'arrête pas. Apprenez de ce qui s'est passé et passez à autre chose. Ils peuvent enseigner dans une autre pièce, parce que vous êtes occupé à faire de la place pour mes promesses.

Dieu a son temps et ses temps ne sont jamais mauvais :« Car ainsi parle l'Éternel : Quand les soixante-dix ans seront terminés à Babylone, je te visiterai et je réveillerai ma bonne parole pour toi, pour te ramener en ce lieu.

Le timing de Dieu est exact. Ils n'échouent pas. Quand quelque chose meurt, c'est parce qu'il y a un autre quelque chose qui va commencer à vivre. Il est le commencement et la fin En Lui tout commence et tout finit. Ne vous accrochez à rien d'autre qu'aux morts. Ce qui vous fait pleurer aujourd'hui vous fera rire demain. Lorsque le temps sera écoulé, vous le verrez.

L'horloge de Dieu a son heure réglée et indique toujours l'heure exacte, même si elle ne correspond presque jamais à ma montre.

La promesse est réelle et sûre : c'est maintenant que je peux comprendre pourquoi la promesse : "Parce que je connais les pensées que j'ai sur vous, dit le Seigneur, pensées de paix et non de mal, pour vous donner la fin que vous espérez". Il sait, il a et Da.

Il connaît les pensées que vous avez. Il a quelque chose en nous et il donne la fin que nous espérons.

Quelle belle promesse... mais c'est encore plus beau quand on le voit dans toute la photo et une grande partie de cette photo nous a fait pleurer ou trembler. Gloire à Dieu. Maintenant, nous pouvons le voir.

Et quand nous enterrons la souris et voyons la promesse, notre façon de prier change : « Alors tu m'invoqueras. Tu viendras me prier et je t'écouterai. Tu me chercheras et tu me trouveras, parce que tu me chercheras de tout ton cœur. Je serai trouvé par vous, dit le Seigneur ; Je ramènerai vos captifs et je vous rassemblerai de toutes les nations et de tous les lieux où je vous ai jetés, dit le Seigneur. Et je te ferai retourner à l'endroit d'où je t'ai emmené ». Jérémie 29 :12-14.

La perspective de la phrase change quand je vois la situation dans son ensemble. L'odeur n'est plus là. Maintenant est le Seigneur. Nous avons déjà trouvé la souris et l'avons enterrée, mais maintenant nous avons trouvé le Seigneur. Le panorama change. Les couleurs prennent vie. Le paysage est resplendissant.

Cela n'a pas commencé maintenant. Cela a commencé lorsque nous avons cherché la souris et l'avons enterrée. Cela a commencé quand nous avons compris que la vie ne s'arrête pas. Cela a commencé quand nous l'avons vu et qu'il nous a aimés au milieu de la solitude, de la déception et du brisement.

Que tu es mort ? pleures-tu? C'est bien de pleurer un moment, mais ensuite de l'enterrer et de se rappeler que la vie ne s'arrête pas, et vous ne vous arrêtez pas non plus. Le Seigneur ne s'arrête pas. La vie est courte mais l'espoir est long.

Regardons au bout du chemin… là nous attend la promesse et un peu plus loin qui nous a fait la promesse de nous dire : « Viens bon fidèle serviteur. En combien peu tu as été fidèle... en combien je te mettrai "

Quand la route se rétrécit... avec le coeur elle s'élargit.

Dieu continue de vous soutenir.

Dr Serafín Contreras Galeano.