La vie ... pour beaucoup d'entre nous est si compliquée. Nous avons tous notre propre point de vue sur la vie. Elle commence par l'amour, exige l'amour et cherche toujours l'amour; si beau, si simple, mais si difficile à comprendre pour nous.

Rampant dans la limite de ces quatre murs, entouré de papa, maman et autres membres de la famille, comme nous étions heureux. À quel point nous étions excités de regarder des bandes dessinées à la télévision, d'acheter des jouets, de manger du chocolat, etc.

Avec une frontière élargie dans la vie et avec plus d'amis autour de nous, nous sommes censés être encore plus heureux! Mais le sommes-nous vraiment?

Avant de développer des systèmes éducatifs, de bons moyens de transport et de communication, etc., nous étions heureux. Mais maintenant, avec toutes ces avancées, pourquoi ne pouvons-nous pas être heureux?

Nous avons les compétences et la technologie nécessaires pour atteindre l'espace extra-atmosphérique ... et pourtant nous ne pouvons pas développer une technologie pour faire sourire quelqu'un. Les besoins et les envies nous poussent vers toutes ces découvertes et nous conduisent vers le luxe. Ce sont les mêmes désirs qui, à un extrême, deviennent des désirs ... des désirs illimités dans lesquels nous nous noyons.

Nous nous noyons en voulant plus d'amour, plus de luxe, plus de confort et plus de succès.

Nous avons accumulé de vastes connaissances même si nous ne parvenons pas à comprendre la simple vérité de la vie: la vie est un voyage et nous devons accepter tout ce qui se présente à nous. La seule façon de sourire est d'accepter qui nous sommes et ce que nous avons… ne jamais courir et se plaindre de ce que nous n'avons pas.

SG Vaidya, droits d'auteur 2009

La pensée d'aujourd'hui, presque une clameur existentielle qui me rappelle l'angoisse de beaucoup dans les années soixante-dix au siècle dernier (le 20e), semble frapper la cible pour beaucoup au milieu de l'Occident. Encouragés par la culture qui nous entoure, nous nous sommes lancés à la recherche d'un rêve collectif que nous n'atteindrons jamais car il est irréel! Et, comme le dit l'auteur, la vie nous offre au milieu de son évidente complexité, l'opportunité d'être heureux si nous savons la vivre simplement, avec une attitude qui est reconnaissante au Seigneur pour qui nous sommes (au lieu de nous plaindre de ceux qui ne le sont pas). nous sommes ou pour qui nous aurions aimé être) et ce que nous avons (au lieu de nous plaindre de ce que nous n'avons pas ou aurions voulu avoir). Il n'y a pas de substitut à une vie de contentement authentique devant Dieu. Osons adopter ce style de vie… qui sera non seulement une bénédiction pour nous, mais aussi pour tous ceux qui nous entourent. Allez-y et que Dieu vous bénisse.

Raul Irigoyen

La pensée de l'aumônier.